Bois brulé

Architecte de profession, Sébastien Krier travaille avec les matières, les textures. Lors d’un séjour au Japon, à Naoshima, il est ému par le bardage des maisons, et plus particulièrement par la texture et la profondeur du bois brûlé. A son retour, il décide de s’essayer à brûler des pièces de bois. Cette technique japonaise, appelée “Shou-sugi-ban” ou “Yakisugi“, travaille la matière. Sous l’effet de la flamme, le bois continue à vivre, les fibres s’ouvrent, s’écartent, l’aspect se modifie en une structure plus ou moins écaillée, un noir apparaît. Même une fois brûlé, le bois change d’aspect, il se durcit, des reflets bleutés peuvent apparaître. Le noir devient de plus en plus profond. Le “Yakisugi” est lié à l’esthétique japonaise du wabi-sabi, fruit de plusieurs processus de la nature.

Affichage de 1–9 sur 11 résultats

Aliquam libero id mattis quis, libero.

Pin It on Pinterest