BOIS BRULÉ

Architecte de profession, Sébastien Krier travaille avec les matières, les textures, …

Lors d’un séjour au Japon, à Naoshima, île de la mer intérieure Seto, il est ému par le bardage des maisons, et plus particulièrement par la texture et la profondeur du bois brûlé.
A son retour, il décide de s’essayer à brûler des pièces de bois.

Cette technique japonaise, appelée “Shou-sugi-ban” ou “Yakisugi”, travaille la matière, sous l’effet de la flamme,
le bois continue à vivre, les fibres s’ouvrent, s’écartent, l’aspect se modifie en une structure plus ou moins écaillée,
un noir apparaît …

Même une fois brûlé, le bois change d’aspect, il se durcit, des reflets bleutés peuvent apparaître,
le noir devient de plus en plus profond.

Le “Yakisugi” est lié à l’esthétique japonaise du wabi-sabi, fruit de plusieurs processus de la nature.

id, diam sem, Nullam fringilla efficitur. dapibus libero. Praesent elit.